L’évolution des cartes de course d’orientation

En course d’orientation, le coureur évolue (généralement) en terrain inconnu en se repérant sur une carte (et accessoirement une boussole).  L’orienteur est un très gros râleur et il a du mal à supporter les erreurs d’appréciation de terrain du cartographe ou les balises approximativement posées. J’ai récemment fait une course sur une très vieille carte et j’ai voulu voir sur quel type de carte courraient nos vétérans. Pour cela, j’ai été fouiné chez les finlandais, sur un des sites de la Jukola (relais énorme de nuit par équipe de 7). Sur le site, on retrouve les cartes utilisées depuis la création de la course (1949), ce qui m’a donné l’idée de vous montrer un peu l’évolution de la qualité des cartes ces 70 dernières années !

Les cartes de CO en 1950

Nous sommes en 1949 exactement, une poignée d’aventuriers se lancent sur le terrain : on ne plaisante pas avec la cartographie. Non non, ce n’est pas de l’art abstrait, c’est bien avec ce support que ce sont élancés les 41 coureurs au premier départ de la Jukola. Cependant, on y distingue déjà bien les courbes de niveau, les chemins et les marais. Aujourd’hui, je serai incapable d’imaginer le terrain en regardant ces cartes (au 1/30000 eme ! ). On dirait la vue état major 1855 sur Géoportail ! Vous pouvez toujours essayer de trouver la cuvette la plus à l’ouest ou le talus évasé !

1949 jukola
Carte de course d’orientation de 1949

Les cartes de CO en 1967

Cela se précise, la carte passe au 1/25000. Cependant, pour compliquer les choses, cette année là, les organisateurs décident d’enlever les lampes qui étaient placées sur les postes de nuit. (source : historique jukola)

jukola 1967

Une super vidéo pour voir ce qu’était la course d’orientation en 1963 !

Les cartes en 1968-69

Les cartes en couleur apparaissent. On distingue un peu mieux les éléments sur la carte mais c’est encore du 1/25000. Les points sont toujours placés à la main par les coureurs (ou les organisateurs) !

carte 1968

Les cartes en 1975

On comprend vraiment plus facilement les symboles, la carte est passée à l’échelle 1/15.000 ème (aujourd’hui, ça ferait peur, ça ne se voit que sur les courses élites ou en raid multisports mais à l’époque c’était le top de la précision). Je vois bien les marais les zones de blanc en forêt et les zones découvertes (en jaune) mais je n’ai aucune idée de ce que représentent les couleurs marrons. On commence à voir des éléments particuliers, comme des rochers, des ruisseaux, des fossés : l’IOF est passé par là, on sent que les premières normes sont posées !

carte 1975

Les cartes en 1980

Je n’ai pas connu la CO à cette époque mais la carte commence à vraiment « me parler ». Les couleurs permettent de différencier facilement les zones marécageuses des zones de découvert ou de forêt. Comme l’échelle se réduit, la carte se précise et les rochers ou les trous sont représentés : comme en 1975 vous allez me dire, mais les couleurs traduisent un peu plus la réalité du terrain !

carte 1980

Les cartes en 1985

A partir de ces années, on retrouve des cartes au 15.000 toujours mais aussi au 10.000 : on va même jusqu’à développer les cartes avec des échelles plus précises pour le sprint ou les écoles !

1985 carte

Les cartes en 1990

carte 1990

Les cartes en 1995

carte 1995

Les cartes en 2000

Dans les années 2000, les premières cartes au GPS sont vraiment précises, c’est une révolution pour la cartographie

carte 2000

Les cartes en 2005

Houaaa ça flache ! On est en 2005 et les cartes sont très colorées. Elles sont au 1/10000e, étanches et les coureurs utilisent des puces électroniques pour valider les balises. (sport ident). Comme la CO est pratiquée dans de nombreux pays, les cartographes respectent scrupuleusement des normes internationales (IOF) et une carte comme celle ci peut être facilement comprise de tous.

carte 2005

Et ensuite ?

Maintenant, on va encore plus loin dans le détail et la qualité d’impression : on va tellement loin dans la précision qu’n est obligé de ne pas mettre tous les éléments, pour que la carte reste lisible. Imaginez des cartes comme Fontainebleau ou le Grand Revard avec « tout de marqué dessus » !

fontainebleau
revard CO

Maintenant, les cartes sont imprimées sur des papiers en Préac ou prétex (papier indéchirable), on propose des zooms aux coureurs pour les zones avec beaucoup de détail etc…. : la carte, reste, comme à l’époque, une oeuvre d’art !!!

carte 2007

Pour tous les fans de cartes de CO, allez faire un tour sur le site sur lequel j’ai trouvé ces cartes, ça vaut le coup d’oeil. L’historique remonte jusqu’en 2005 mais de 2005 à aujourd’hui on retrouve tout l’historique sur routegadget ici : vous pouvez même revivre les courses et en voyant les coureurs se déplacer sur la carte !

Comment fait-on pour se perdre aujourd’hui ! Respect pour ces coureurs qui partaient de nuit à la bougie, en hors piste dans ces zones marécageuses sur des dessins au 30.000.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.