Le cyclotourisme est également appelé tourisme à vélo. Il s’agit d’un loisir de plus en plus en vogue auprès des passionnés de découverte et de rencontre. Comme le trekking, le cyclotourisme est un état d’esprit et une bonne façon d’allier sport et vacances ! Ce sport n’est pas associé à un esprit de compétition, mais plutôt à l’entraide, au partage et à la convivialité. On ne se soucie donc pas du chronomètre et de tout ce qui engendre du stress, mais plutôt de tracer un itinéraire thématique à travers une région, un ou plusieurs pays ! L’objectif est de se détendre et il convient à tout le monde sans exception : il n’y a pas de distinction d’âge ni de sexe et surtout pas de performance de vitesse. Découvrez l’univers du cyclotourisme, on va parler du matériel mais aussi d’itinéraire à faire absolument !

C’est quoi le cyclotourisme ?

Le cyclotourisme, comme son nom l’indique, consiste à faire du tourisme en voyageant à vélo. Ce sport se pratique tout seul, en famille ou entre amis selon les envies. Le mot cyclotourisme avait vu le jour en 1887 grâce à Paul de Vivie, connu surtout sous le prénom de Vélocio. Un peu moins d’un siècle plus tard, plus précisément en 1978, cette activité est reconnue d’utilité publique. Depuis, l’État lui a octroyé une délégation et le cyclotourisme est alors devenu un sport à part entière.

cyclotourisme et visite

Cette activité se pratique en toute liberté pour se faire plaisir et s’évader. Une belle occasion de découvrir des paysages et faire de nouvelles rencontres. Elle est devenue très populaire et bénéficie d’un nombre d’adhérents qui ne cesse d’augmenter. La Fédération française de cyclotourisme connait un grand succès actuellement. Dans le pays, on recense plus de 3 100 clubs avec 95 comités au sein des départements et 13 autres dans les régions. Ces échelons se chargent de l’organisation de la vie associative ainsi que les stages de formation et les événements tournant autour du cyclotourisme. Ils proposent même des itinéraires touristiques et des séjours. Cela a fait de ce sport de détente un véritable art de vivre. 

Le succès du cyclotourisme est un fait puisque 20 millions de Français aiment se déplacer à bicyclette. Beaucoup le pratiquent de façon très régulière. D’autant plus que ces dernières années, ce moyen de déplacement que constitue le vélo est redevenu très tendance. Il rend la découverte plus facile.

Quelles sont les différentes formes de cyclotourisme ?

Deux sortes de cyclotourisme existent. Elles sont à choisir en fonction de l’envie de chacun.

Si on veut faire une randonnée cycliste, c’est déjà du cyclotourisme. Généralement, le trajet est d’une demi-journée ou plus. En amoureux ou entre amis, cette balade procure une véritable détente. Vous découvrez de beaux paysages tout en faisant de l’exercice physique. Pour ce genre de cyclotourisme, vous pouvez apporter à manger et à boire dans un sac à dos et le tour est joué. Il est possible de profiter de ces bons moments pendant les week-ends ou les jours fériés.

cyclotourisme et camping

La randonnée cycliste peut aussi durer quelques jours. Cela est parfait pendant les vacances pour être plus libre et n’avoir aucune contrainte sur le temps. Vous suivez votre propre rythme sans stress et vous en profitez pour faire des rencontres et tisser des liens. Souvent, une telle sortie en vélo permet de faire une boucle d’une centaine de kilomètres. Vous devez alors prévoir des équipements de camping ou faire des réservations dans un camping se trouvant sur l’itinéraire. Ce dernier peut être en France ou de l’autre côté de la frontière selon le cas. Il nécessite cependant de dresser un objectif quotidien afin de ne pas prendre du retard. Le but est d’arriver à destination juste à temps.

Face à ces différents besoins et envies, des formules adaptées sont proposées par les organisateurs de séjours dans le cadre du cyclotourisme. Tout dépend de la distance qu’on souhaite parcourir ainsi que la durée de la randonnée. Les possibilités sont infinies et les sites touristiques à visiter ne manquent pas. Les plus motivés veulent même faire le tour du monde en vélo.

Dans l’Hexagone et en Europe, l’engouement pour le cyclotourisme a favorisé l’apparition d’un réseau routier spécialement dédié aux passionnés de ce sport. Il est appelé « voies vertes » ou encore « véloroutes ». Il est sécurisé, car il a été construit loin des circuits routiers des véhicules à moteur. Il passe par des itinéraires touristiques, des zones de loisirs, des commerces et des campings afin de faciliter la vie aux sportifs et de leur permettre de vivre une expérience unique.

De quels matériels et accessoires a-t-on besoin ?

Afin de faire du cyclotourisme dans les règles de l’art, bien s’équiper est un mot d’ordre. Cette étape est nécessaire pour bénéficier d’un certain confort tout au long du voyage. Cela passe bien évidemment par le choix d’un vélo adapté et des matériels utiles. Pas besoin d’être suréquipés sous peine d’alourdir les bagages.

Le vélo

Les amateurs du cyclotourisme le savent : il faut un vélo adapté à sa taille et à ses performances physiques. C’est le fidèle compagnon dont vous avez besoin pour arriver à destination. Le choix de cet équipement ne doit alors pas être fait à la légère. Un mauvais réglage provoque d’ailleurs de l’inconfort au fil des kilomètres et au pire, des douleurs au niveau du dos, de la nuque, de l’épaule et même des poignets.

matériel cyclo

Le vélo adapté à ce type d’activité allie robustesse, fiabilité et confort. Vous n’avez pas besoin d’un modèle léger similaire à celui destiné aux compétitions. Il en faut un qui peut parcourir des centaines de kilomètres sans avoir besoin de réparation, sinon le voyage ne sera pas aussi bon que vous l’auriez souhaité. D’ailleurs, la bicyclette doit supporter le poids des bagages et un porte-bagages est donc conseillé.

Pour sa part, le guidon doit vous permettre d’opter pour la position qui vous met le plus à l’aise. Vous avez le choix entre le cintre plat, le modèle le plus classique disponible sur le marché. Le cintre papillon, quant à lui, est le plus polyvalent étant donné qu’il donne la possibilité d’adopter plusieurs positions. En ce qui concerne les roues, elles sont choisies en fonction de la charge à transporter, mais également du type de parcours. Principalement, un cadre en acier est nécessaire. La fourche aussi sera en acier, mais elle doit être équipée d’un pivot renforcé. Vous avez aussi besoin des garde-boues ainsi que des éclairages.

Les matériels

Le matériel et les accessoires nécessaires pour pratiquer le cyclotourisme dépendent principalement de la durée du voyage. S’il s’agit d’une randonnée d’une demi-journée ou d’une seule journée, vous pouvez privilégier la légèreté. En revanche, si vous comptez aller assez loin, vous devez vous équiper en conséquence.

Les points à étudier avant de faire les bagages

En tenant en compte de ces quelques critères, les passionnés du cyclotourisme ne risquent pas d’oublier un matériel ou de surcharger leurs bagages :

  • Les contraintes varient d’un groupe de cyclotouristes à l’autre. Par exemple, pour des parents avec des enfants, vous devrez prévoir les équipements dont les petits ont besoin tout au long du voyage est de mise.
  • Les endroits à visiter sont à définir à l’avance pour mieux préparer les bagages. Si vous souhaitez passer à la plage ou faire de l’alpinisme en cours de route, vous aurez besoin d’équipements destinés à ce genre d’activités.
  • La durée de voyage compte beaucoup également. Prévoyez des habits et des sous-vêtements à emporter en fonction de celle-ci. Bien évidemment, ils doivent être adaptés à la saison.
paysage et cyclotourisme

Les vêtements indispensables

Pour bien profiter du voyage, un bon équipement est de mise et cela est valable pour les vêtements. En cours de route, vous pouvez vous attendre à de mauvaises surprises, notamment la pluie. Il est alors conseillé de prévoir quelques vêtements de rechange et un imperméable pour les balades pendant les saisons de pluie.

Afin d’alléger les bagages, l’idéal est de se préparer à laver quelques habits de temps en temps, surtout dans le cas d’un assez long séjour. Optez pour des habits faciles à sécher si vous ne partez pas en été. Au moins, un cyclotourisme doit avoir deux t-shirts synthétiques, un pull, un polaire et une doudoune de rechange s’il fait froid. La première couche d’habits peut être lavée tous les jours, car elle sèche vite.

Par ailleurs, prenez quelques chaussettes, une paire de tongs, des lunettes de soleil, une casquette, un coupe-vent, une veste et un pantalon imperméable ainsi qu’une paire de gants en soie.

Les outils nécessaires en cas de panne

Même si vous vous équipez d’un vélo robuste, vous ne serez jamais à l’abri d’une panne. C’est la raison pour laquelle un cyclotouriste avisé n’oublie jamais de prendre des outils de réparation à l’occasion d’une balade dans la nature. On cite notamment deux chambres à air, un démonte-pneu en plastique solide, une pince ouvre-maillon, une pompe de cadre, un couteau de poche et une clé anglaise.

Avoir quelques connaissances en mécanique est indispensable. Dans le cas contraire en effet, le voyage ne sera plus une partie de plaisir, mais de galère. Au minimum, un cyclotouriste est tenu de savoir régler les freins d’un vélo et de changer la chambre à air en cas de crevaison de pneu.

cyclo1

Quels sont ses avantages et ses inconvénients ?

Comme tous les sports, le cyclotourisme a de nombreux bienfaits pour l’organisme. Il lutte contre le stress et améliore la santé générale. Le fait de pédaler permet de muscler le bas de corps. C’est un grand challenge sportif. Il renforce la complicité entre les participants qu’ils soient un couple, une famille ou un groupe d’amis. Le cyclotourisme est un moyen efficace pour sortir de la routine du quotidien.

Mais cette activité est difficile si vous devez prendre le transport en commun lors du voyage. Les vélos sont très encombrants. Enfin, la météo est le maître mot tout au long du voyage. Si les conditions climatiques se détériorent, tout ne se déroulera pas comme prévu et il y aura des déceptions.

Le cyclotourisme est une véritable aventure que vous devez essayer au moins une fois dans votre vie. Si vous y prenez gout, vous ne risquez que d’en faire très souvent.